DERNIERES VIDEOS

Dailymotion - LS Ne m'en veux pas, a video from chabineprod. zouk, LS, hit, afrodiziak
Dailymotion - [Exclu 2008] Alan cavé - Can't do this to me / zouk / kompa, a video from tropikprod. kompa, compas, 509, zouk, sexy
Dailymotion - [zouk 2008] Ghetto à face à face / Face a Face, a video from tropikprod. zouk, love, new, rétro, rap
Dailymotion - La chaleur de l'enfer, a video from rac462. ramadan, moslim, moslem, musulmans, berbere
Dailymotion - Le retour des Camps de concentration (usa), a video from anya33. camp, de, concentretion, n.o.m, 2012

AGENDA

<< Avril 2014 >>
LMMJVSD
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930

RADIO TV







Visites


NOUVELLES EN DIRECT DE BEIT-SALAM Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 2
FaibleMeilleur 

La dette extérieure publique et garantie par l’État des Comores est estimée à 285,9 millions de dollars EU à fin décembre 2009 La note intérimaire de stratégie de la Banque mondiale (Association internationale de développement) pour 2010-12 vise à aider les Comores à atteindre le point d’achèvement de l’initiative PPTE d’ici fin 2012

Image

 

Le Vice-président IKILILOU est revenu sur le point central de la rencontre pour souligner que l’approbation du conseil d’administration du Fmi est un important cap franchi dans un processus de longue haleine. « Nous avons gagné une bataille mais pas la guerre ». 

---------

 COMMEMORATION DU CRASH DE YEMENIA AVEC 152 VICTIMES

Nous nous souviendrons des 152 victimes du Crash de l'airbus de Yemeniaaux larges des Comores!En memoire a nos anges parti une Cérémoniecommémorative aura lieu le dimanche 27 juin 2010 a 14h au Gymnase
Bertrand Dauvin,12 rue René Binet 75018 paris.porte de Clignancourt
!infoline 0629998567 ou 0699931020 faite tourner merci
-------

Le Président de la République a remanié le Gouvernement.

Moroni, le 21 juin 2010

DECRET N° 10 - 66 / PR Relatif au Gouvernement de l’Union des Comores.
LE PRESIDENT DE L’UNION,

VU la Constitution de l’Union des Comores du 23 décembre 2001, VU la loi référendaire portant révision de la Constitution de l’Union des Comores du 23 décembre 2001, promulguée par le décret N° 09-066/PR du 23 mai 2009 ; VU l’arrêt de la Cour Constitutionnelle N° 10-05/CC du 08 mai 2010, notamment en son article 4 ; VU l’accord pour la gestion de la période intérimaire signé à Beït Salam le 16 juin 2010 ;
D E C R E T E :

ARTICLE 1er : Les Vice-Présidents de l’Union sont chargés respectivement des fonctions et Ministères ci-après cités :

1.1 Vice-Président, chargé du Ministère de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Environnement, de l’Energie et de l’Artisanat, Monsieur IDI NADHOIM

1.2 Vice-Président, chargé du Ministère de l’Aménagement du Territoire, des Infrastructures, de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dr IKILILOU DHOININE

ARTICLE 2 : Sont nommés Ministres, membres du Gouvernement de l’Union des Comores, les personnes dont les noms suivent :

Monsieur ABDOURAHAMANE Ben CHEIKH ACHIRAF Ministre d’Etat, chargé des élections

Me Fahmi SAID IBRAHIM Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération, chargé de la Diaspora, de la Francophonie et du Monde arabe

Monsieur Mohamed BACAR DOSSAR Ministre des Finances, du Budget et des Investissements

Monsieur Ibrahima MHOUMADI SIDI Ministre de la Défense, de l’Intérieur et de l’Information

Monsieur MOUSSA ABDEREMANE Ministre de l’Industrie, du Travail, de l’Emploi et de l’Entreprenariat féminin

Monsieur Djaffar MOHAMED AHMED MANSOIB Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de l’Administration Pénitentiaire et des Affaires Islamiques, Chargé des Relations avec le Parlement

Monsieur Fouad MOHADJI Ministre de l’Education Nationale, de la Recherche, de la Culture et des Arts

Dr Sounhadj ATTOUMANE Ministre de la Santé, de la Solidarité et de la Promotion du Genre, Porte parole du Gouvernement

Monsieur Djazila SAENDOU Ministre de la Fonction Publique, des Réformes Administratives et Institutionnelles, de la Décentralisation et des Droits de l’Homme

Monsieur Hodhoaer INZOUDDINE Ministre des Postes et Télécommunications, de la Communication et de la Promotion des Nouvelles Technologies de l’Information

ARTICLE 3 : Le présent décret sera enregistré, publié au Journal Officiel de l’Union des Comores et communiqué partout où besoin sera.

AHMED ABDALLAH MOHAMED SAMBI
----------

 
DECRET Portant nomination des Ministres rattachés à la Présidence de l’Union des Comores.

Moroni, le 21 juin 2010

DECRET N° 10-067/PR Portant nomination des Ministres rattachés à la Présidence de l’Union des Comores.
LE PRESIDENT DE L’UNION,

VU la Constitution de l’Union des Comores du 23 décembre 2001, VU la loi référendaire portant révision de la Constitution de l’Union des Comores du 23 décembre 2001, promulguée par le décret N° 09-066/PR du 23 mai 2009 ; VU l’arrêt de la Cour Constitutionnelle N° 10-05/CC du 08 mai 2010, notamment en son article 4 ; VU l’accord pour la gestion de la période intérimaire signé à Beït Salam le 16 juin 2010 ;
D E C R E T E :

ARTICLE 1er : Sont nommés Ministres, rattachés à la Présidence de l’Union des Comores, les personnes dont les noms suivent :

Monsieur MZE CHEI Oubeidi Ministre rattaché à la Présidence, chargé de l’Economie et du Commerce Extérieur,

Monsieur Hassani ASSOUMANI Ministre rattaché à la Présidence, chargé des Transports et du Tourisme,

ARTICLE 2 : Le présent décret sera enregistré, publié au Journal Officiel de l’Union des Comores et communiqué partout où besoin sera.

AHMED ABDALLAH MOHAMED SAMBI

 -------

Les Comores ont été admises à bénéficier de l’allègement de la dette au titre de l’initiative PPTE au point de décision.

Le conseil d’administration du Fonds Monétaire International (Fmi) du 20 juin 2010 a estimé que l’Union des Comores est habilitée à bénéficier d’un allègement de dette au titre de l’initiative PPTE au point de décision.

Après son admission à bénéficier d’une assistance au titre de l’initiative PPTE renforcée en avril 2010, le pays vient ainsi de franchir un pas décisif vers la remise de la majeure partie de l’encours de la dette extérieure des Comores, estimé à 285,9 millions de dollars EU à fin 2009 [248,8 millions en valeur actualisée nette (VAN)].

« C’est un cap décisif qui vient ainsi d’être franchis » a déclaré la veille le à la l’ORTC, le Député Mohamed Ali Soilih ancien Ministre des Finances.

Pour rappel, l’initiative PPTE lancée par le FMI et de la Banque mondiale en 1996 permet à tous les créanciers d’accorder aux pays les plus pauvres et les plus lourdement endettés, une remise de leur dette et ce faisant, d’alléger les contraintes qui pèsent sur leur croissance économique et la réduction de la pauvreté, du fait de la charge de leur endettement. Cette initiative a été revue en 1999 pour y apporter trois améliorations clés : • Un allègement plus substantiel et de plus grande portée. Les seuils d’endettement extérieur des pays ont été abaissés par rapport au cadre initial. • Un allègement plus rapide. Certains créanciers ont commencé à accorder un allègement intérimaire dès le « point de décision ». De même, le nouveau cadre a permis aux pays d’atteindre plus rapidement le « point d’achèvement » ; Renforcement du lien entre l’allègement de la dette et la réduction de la pauvreté. Les ressources dégagées ont été allouées à la mise en œuvre des stratégies de réduction de la pauvreté des gouvernements nationaux résultant de vastes processus de concertation.

 

 


À l’heure actuelle, la dette extérieure publique et garantie par l’État des Comores est estimée à 285,9 millions de dollars EU à fin décembre 2009 La note intérimaire de stratégie de la Banque mondiale (Association internationale de développement) pour 2010-12 vise à aider les Comores à atteindre le point d’achèvement de l’initiative PPTE d’ici fin 2012.

En atteignant le point de décision, les Comores ont franchi aujourd’hui l’avant dernière étape avant le point d’achèvement qui permettra au pays de bénéficier d’un allègement de dette sans conditions au titre de l’initiative PPTE, des dispositifs d’allègement de l’Initiative d’allègement de la dette multilatérale (IADM), de l’IDA et du Fonds africain de développement (FAD).

Cet allègement libèrerait des ressources au profit des dépenses de lutte contre la pauvreté dans les domaines prioritaires définis par les autorités, notamment l’éduction et la santé.

Source : http://www.imf.org/external/french/np/sec/pr/2010/pr10140f.htm)
-------

Une forte délégation cadres de l’Administration et d’opérateurs économiques sont venus féliciter le Président de la République à l’issue du Conseil d’Administration du FMI qui habilite les Comores à bénéficier de l’allègement de la dette au titre de l’initiative PPTE
survoler l’image avec le curseur pour faire défiler les photos

Le Chef de l’Etat a reçu à Beit-Salam dans l’après-midi de ce mardi 22 juin 2010, une forte délégation composée de cadres de l’Administration, notamment ceux des domaines de l’économie, des finances et du Plan, de nombreux opérateurs économiques et de plusieurs représentants de la notabilité, en présence de membres du Gouvernement, notamment le Vice-président Chargé du Ministère de l’Aménagement du Territoire, des Infrastructures, de l’Urbanisme et de l’Habitat, le Dr IKILILOU DHOININE qui assure l’intérim du Ministre des Finances, du Budget et des Investissements, actuellement à Bretons Woods et des membres du Cabinet avec à leur tête M. Ahmed Said Djaffar, Directeur de Cabinet du Président de la République.

Cette rencontre avait pour objectif de féliciter et remercier le Président de la République à l’issue du Conseil d’Administration du FMI qui, la veille, a estimé que l’Union des Comores est habilitée à bénéficier d’un « allègement de dette au titre de l’initiative PPTE au point de décision ». La Directrice de la Caisse de Retraire qui a été la première à prendre la parole a salué les efforts inlassables du Chef de l’Etat qui, comme il l’a déclaré lors du rassemblement populaire de la veille, a suivi personnellement ce le dossier.

Elle a par ailleurs saisi cette occasion de féliciter et remercier le Président de la République au nom des Retraités comoriens qui viennent de voir le règlement de leurs arriérés de pensions. Ceux qu’on qualifiait par de « maltraités de l’Administration » sont désormais appelés « les bien traités de l’Administration » dira-t-elle en substance.
BEIT-SALAM.KM
------

Le Président de la République s’est adressé à la Nation à l’occasion d’un rassemblement populaire au Palais du Peuple.
Survoler l’image avec le curseur pour faire défiler les photos

C’est une de ces cérémonies des grands jours. Un rassemblement populaire comme on n’en rencontre peu dans le pays. Un de ces rendez-vous des grandes foules qui n’ont d’explication que l’affection d’un peuple pour son dirigeant.

Combiens étaient-ils ? Milles, deux milles, trois milles ? Difficile à dire. Le présentateur demandera en tout cas l’indulgence de l’assistance pour le manque de place.

C’’était au Palais du Peuple, en cette après-midi du lundi 21 juin 2010 que les représentants de la population sont venus, à leurs demandes, rencontrer le Chef de l’Etat.

Après la lecture en commun de la Sourate Yasin, "pour la protection du pays", le DR Mouhtar Ahmed Charif a pris la parole pour en expliquer le but : présenter au nom de la population, les condoléances au Chef de l’Etat, à la suite de l’assassinat du Lieutenant-colonel Combo Ayouba d’une part et, d’autre part, aborder la deuxième question qui préoccupe en ce moment la population : la signature de l’Accord sur la période transitoire.

« Cet accord nous a étonné » dira le DR Mouhtar avant d’jouter : « Comment peut-on imposer un accord à un pays indépendant, qui a certes vécu des difficultés, mais qui a déjà connu des alternances ».

Le DR Mouhtar a rappelé que "le peuple comorien a élu le Président Sambi en 2006 et n’a cessé depuis de lui témoigner et de lui renouveler sa confiance à diverses occasions, notamment leur soutien sans faille lors de la libération de l’ile d’Anjouan « sans effusion de sang », lors des réformes institutionnelles proposées par le Chef de l’Etat pour harmoniser les mandats et les élections".

« A cette occasion les comoriens se sont prononcés à 94% en faveur du « oui » souhaité par le Chef l’Etat. Or, les comoriens ont eu la surprise de voir la communauté internationale soutenir les 6% tout comme ils ont été intrigués de voir la remise en cause des décisions de la majorité du Congrès des élus du peuple qui a fixé la date des élections harmonisée au novembre 2011 ».

« L’opposition a refusé cette date. C’est son droit. Mais en démocratie ils ne peuvent aller à l’encontre de la décision du Congrès. Ils doivent se soumettre » a-t-il asséné.

S’adressant directement au Chef de l’Etat, l’ancien Ministre a déclaré : « la Communauté internationale vous a fait signer cet accord. Or, pour nous c’est un piège et pour vous, et pour le pays ».

La population, a-t-il poursuivi, souhaite connaître les réponses du Président sur les questions suivantes : Que se serait-il passé si le Président n’avait pas signé cet accord et qu’adviendra-t-il maintenant qu’il est signé ?

Le Docteur Mouhtar n’a pas eu de mots assez durs pour fustiger ce qu’il a qualifié d’ « accord écrit ailleurs et imposé ici en ces termes : à prendre ou à laisser, alors que nous sommes un pays indépendant » Pour lui, cet accord recèle des pièges de plusieurs ordres :
-  sur quelle base juridique a-t-on fixé la date du 7 novembre et du 26 décembre 2010 ?
-  Cet accord viole la Constitution. Seule une convention pourrait le faire à condition que la Constitution soit modifiée à cet effet.
-  Cet accord constitue un mépris vis-à-vis du peuple qui a élus les députés et les Conseillers membres du Congrès.
-  Cet accord viole l’Arrêt de la Cour Constitutionnelle dont les décisions sont irrévocables. L’arrêt qui n’a pas dissou la date précédente stipule que le Président et les Vice-présidents exercent leurs pouvoirs, de façon consensuelle. Le peuple, pour sa part, attend le mois de novembre 2011.

Autres pièges relevés par le DR Mouhtar : l’arrêt défend au Président de la formation d’un Gouvernement. Il l’a fait le 25. On lui demande de nommer d’autres membres dont « un Ministre d’Etat mohélien ».

Autre piège selon le docteur Mouhtar : un comité de suivi présidé et contrôle par la communauté internationale. Sommes-nous indépendants ou pas s’est-il interrogé.

Le Gouverneur Mohélien a refusé de venir à Beit-Salam. Pourquoi ? Cela a un sens.

« Les comoriens qui vous ont élus et qui vous ont confié la destinée de leur pays veulent être éclairés »

« Est-ce parce que la question de Mayotte été soulevée à l’ONU ? Le Président SAMBI ira à l’ONU et en parlera. Aucun comorien n’oserait aller à l’encontre.

« Nous savons, a-t-il poursuivi, en français, et moi particulièrement en tant qu’ancien Chef de la diplomatie, qu’un diplomate affecté à un poste fixe ou un poste itinérant ou un envoyé spécial, ne peut effectuer un séjour de plus de quatre ans dans un pays, car au-delà, se créent des liens avec les nationaux, sources de mésentente . Or dans notre pays des diplomates bilatéraux et multilatéraux aux Comores, certains ont même treize ans de service. Cela veut dire qu’ils ont fait de cela leur fond de commerce »

« Le peuple comorien vous demande de mettre fin à cette ambigüité et vous exhorte désormais, à décréter que tout diplomate doit être remplacé au bout de quatre ans. Dès demain matin nous vous prions instamment que le dossier comorien soit confié à d’autres personnalités nouvelles qui vont travailler de façon impartiale pour le bien des Comores et des Comoriens.

Pour terminer, il dira ces vers d’un Grande Dame comorienne du 17ème siècle « shinda e yezi sha yitsi hushinde paanga sha utsipangiwa rwaya sha utsi rwaliwa shawiri sha tsi wantsini mwaho ».

Après l’Hymne national, ce fut au tour du Chef de l’Etat de prendre la parole en langue nationale.

Après l’introduction d’usage, les louanges à Allah, les salutations au Prophète et à ses compagnons, le Président de la République s’est adressé à l’assistance en ces termes :

 Honorables Ulémas,  Autorités de l’Etat,  Responsables communautaires,  Honorable notabilité  Honorables pères et mères,  Chers frères, grands et petits  Honorable assistance ainsi que tous ceux qui nous écoutent Que Dieu vous garde, vous protège, vous honore et fasse de vous ses fidèles serviteurs dans ce monde et, lorsque vous retournerez vers Lui, vous compte parmi ceux qui hériteront de son paradis, s’il plait à Dieu.

Pour beaucoup d’entre vous, j’ai un propos éloquent. Mais je crains que cette éloquence ne me fasse défaut aujourd’hui, tellement les questions que vous venez de me poser au nom des comoriens sont certes importantes mais également dangereuses.

Toutefois, sachant qu’il est de votre droit de me les poser et d’en obtenir des réponses de ma part, soyez certains que c’est avec un cœur ouvert que je vous livrerai mon point de vue pour que nous nous comprenions. J’espère que mes réponses vous donneront satisfaction.

Une fois encore, vous venez de prouver votre affection à mon égard. C’est la preuve de votre amour pour ce pays car, Dieu m’est témoin, j’aime ce pays.

Je vous remercie, tous, vous qui m’avez fait confiance et qui continuez à le faire. Je vous remercie tous, vous citoyens anonymes pour vos prières que Dieu exhausse. Je vous remercie, vous citoyens comoriens qui luttent pour sortir le pays de l’obscurantisme, le libérer des chaines et le faire sortir de la pauvreté et de la misère. Vous qui estimez que votre collaboration avec moi, aidera à cette lutte. Je vous remercie tous. C’est Dieu qui vous en récompensera.

Pour entrer dans le vif du sujet, je vous avoue que lorsqu’on m’a informé de votre désir de me rencontrer, dans ce bâtiment prestigieux, mon imagination n’a pas été de tout repos, pour deviner ce dont on allait m’entretenir. Or j’ai pressenti les questions que vous venez de me poser.

Les Comoriens veulent savoir pourquoi j’ai accepté de signer l’accord en question qui vient de vous être expliqué et dont les medias ont largement fait écho. Il y a même des étudiants comoriens au Sénégal et en Egypte qui m’ont écrit pour me posé la même question.

Je demande votre indulgence pour l’avoir signé. Il est vrai que cet accord est né de ce que je vous ai demandé, notamment les réformes institutionnelles de 2009.

Dieu m’est témoin. Quand je vous ai posé la question de la loi référendaire, je ne souhaitais aucunement prolonger mon mandat comme cela a été avancé par la suite. Mais, par Allah Tout-Puissant, j’ai voulu aider ce pays en remédiant, dans la légalité, à la multiplicité des scrutins qui devaient avoir lieu tous les ans.

Comme vous le savez, c’est dans le respect de la Constitution que nous avons procédé à ces réformes. Je ne pouvais aucunement le faire sans votre approbation. J’avais le droit d’en prendre l’initiative et vous aviez droit à cette consultation comme l’a reconnu la communauté internationale.

Par la suite, les élections législatives et des Conseillers ont eu lieu, en toute légalité. J’estime que si nous étions un pays ayant une culture démocratique, cela aurait suffi étant donné que la majorité des comoriens s’était prononcée. Nous savons certes, que notre pays est indépendant. Mais comme vous le savez, ces réformes n’ont pas plu à certains qui ont multiplié les menaces.

Ainsi, lorsqu’on m’a proposé le dialogue pour préserver la paix, j’ai accepté pour y parvenir et pour éviter que ce qu’on nous annonçait ne se réalise.

Comme vous le savez, ces discussions n’ont pas abouti. C’est pourquoi la communauté internationale a proposé d’accepter cet accord qu’elle nous aidera à mettre à mettre en œuvre.

Cette communauté internationale dont nous avons besoin, compte tenu de notre pauvreté, nous a aidé par la passé. Plus encore, elle nous a aidé pour la libération d’Anjouan.

Ainsi, ayant compris que la raison première de la communauté internationale était de s’assurer de ma volonté de réaliser la tournante en faveur de Mwali, ce dont on leur faisait douter, j’ai signé. Dans le même élan, j’ai voulu dire aux Mohéliens que je suis le premier à la souhaiter.

Je vous dis donc que la première raison de ma signature est de dire, d’abord à la communauté internationale, que je suis effectivement en faveur de la tournante et, ensuite aux Mohélien, que malgré la loi qui fixait les élections à novembre 2011, Ahmed Abdallah SAMBI était d’accord pour novembre 2010.

Je voulais, au-delà de la communauté internationale si elle avait des doute, dire aux Mohéliens que, par Allah Tout-puissant, je n’ai jamais remis en cause la tournante.

Je sais que même avec la signature de cet accord, certains voudraient stopper cette tournante s’ils le pouvaient. Pour ma part je le souhaite et Dieu fasse qu’il en soit ainsi afin de lever les doutes sur les intentions supposées du Président SAMBI contre la tournante. Je n’ai jamais eu l’intention de la remettre en cause la tournante. Au contraire, je l’ai toujours voulu et Dieu m’en est témoin. En signant cet accord, j’ai donc voulu me débarrasser de ces habits qui ne sont pas les miens.

Ensuite je me suis posé une question que le Dr Mouhtar a soulevée tout à l’heure : et si je refusais de signer cet accord, que se passerait-il ?

En effet, quand j’ai entendu et vu ce qui a été dit et accompli, je me suis dit que si j’aime ce pays, je dois veiller à trois choses importantes pour ce pays : la préservation de son unité, la consolidation de la paix et la sécurité qui y règnent et la recherche de la prospérité pour son peuple.

J’ai donc réfléchi mes frères et je me suis dit que mon refus pouvait être prétexte pour certains pour remettre en cause tout cela et désintégrer ce pays

Les drapeaux étrangers hissés ici et là, les discours que vous avez entendus sur la confédération, en sont les signes : certains cherchaient le prétexte pour provoquer la dislocation de ce pays. Moi qui fus de ceux qui ont favorisé son unité, j’étais prêt à en payer le prix.

Je voudrais ainsi dire aux Comoriens qu’en signant cet accord, j’ai payé le prix de la paix, de la sécurité et de la stabilité de ce pays et afin que certains qui étaient prêts à tout pour déstabiliser le pays -Dieu ne leur donnera pas gain de cause - s’en retournent bredouilles.

Je saisis cette occasion en or pour vous dire encore, que nos forces se trouvent dans notre unité. Ceux qui nourrissent des idées séparatistes sont les ennemis de ce pays. Le séparatisme est un péril pour le pays. Certes, jusqu’ici, l’équité et une vie meilleure n’ont pas été au rendez-vous dans nos iles mais l’unité est restée notre mère. C’est mon étendard, celui que je défendrai partout et pour lequel je payerai en toute circonstance le prix qu’il faut pour préserver l’unité de notre pays.

Ainsi, la signature de ces derniers jours ne doit pas vous offenser car nous avons sauvé l’unité du pays.

C’est la raison pour laquelle j’ai signé. Refuser de le faire aurait été utilisé comme une arme pour attenter à l’unité, à la paix, à la sécurité et à la stabilité du pays.

Mes frères,

Nous sommes pauvres, Dieu nous sortira de cette pauvreté. Nous sommes également un petit pays. Si en outre, la paix, la sécurité et la stabilité venaient à manquer, alors nous resterions à jamais dans la pauvreté et la misère.

C’est pourquoi j’ai dit que notre unité, la paix, la sécurité et la stabilité de notre pays n’ont pas de prix.

Mes frères,

Depuis que vous m’avez élu, j’ai tout fait pour faire connaître le pays et appeler les bailleurs à y investir. Le plus grand ennemi de ce pays est celui qui fait parler de lui en mal.

Je sais qu’avant la signature de cet accord, des actes susceptibles de ternir l’image de notre pays avaient commencé. Nous avions alors le devoir de rattraper le reste. « Signons pour avoir la paix et la sécurité ».

Notre plus grande richesse c’est la stabilité que le monde entier recherche. Rien ne pourrait faire partir les investisseurs arabes et les autres de notre pays, plus encore que l’instabilité et l’insécurité.

L’acte criminelle de la semaine dernière, devait, dans les calculs ses auteurs, entrer dans le cadre de la déstabilisation. Je ne doute pas que ceux qui ont fait de Lieutenant Combo un martyr, voulaient semer les troubles et la zizanie, sortir les Comores de la liste des pays stables et faire fuir les bienfaits que nous attendons.

Le choix de la victime nous éclaire sur les intentions des auteurs. Sans vos prières, cet acte aurait fait basculer le pays.

C’est pourquoi je demande aux Ministres concernés de tout faire pour que ces gens soient arrêtés, traduits en justice et jugés. Faute de quoi, un tel acte pourrait se répéter.

Par ailleurs, je lance un appel à tous ceux qui savent quelque chose, qui ont des indices, pour qu’ils aident à la recherche et aux enquêtes. L’Etat promet 5 millions de francs comoriens à toute personne dont les informations permettront d’arrêter les criminels.

Cet acte criminel était destiné à créer des troubles. Aussi, pour compléter ma réponse à votre question, j’ai voulu éviter ces troubles. Combiens de pays ont connu la perte d’hommes à cause de la "fitna".

Or, certains cherchent un prétexte pour semer la zizanie entre nos iles ou entres régions. Ne pas signer leur aurait donné ce prétexte pour commettre des actes susceptibles d’effrayer les investisseurs.

Parmi ce que j’ai accompli personnellement sans déléguer, figure la recherche d’investisseurs, notamment le FMI, la Banque Mondiale et les divers fonds internationaux. Leur retour dans notre pays a toujours été mon souci premier. Je vous demande à ce propos de redoubler vos prières car en ce moment même, le FMI discute du dossier comorien.

Depuis 2006, 9 milliards de nos francs ont été remboursés, sur notre dette. C’est sans précédent. Nous l’avons fait pour que notre pays soit éligible à nouveau aux crédits.

Prions donc pour que ce lundi soit donc propice à notre pays.

Dieu a été bienveillant envers nous. Les aides financières du Qatar, l’argent de la citoyenneté économique, les 50 millions de dollars de l’Arabie Saoudite, tout cela fait beaucoup.

Nous devons alors faire en sorte que cela nous parvienne contre la volonté de ceux qui souhaitent le contraire. Voilà une des raisons de ma signature

J’ai téléphoné au Qatar pour demander aux autorités de ce pays de ne pas se lasser car certains veulent exaspérer nos frères arabes.

Mes frères

Certes, on dit souvent qu’un Etat n’a pas peur du diable et ne devrait pas en avoir peur. Par contre il doit craindre la fitna la refuser et lutter contre elle.

Comme j’ai proposé le référendum pour aider le pays j’ai apposé ma signature sur cet accord pour aider le pays. Je vous demande donc votre approbation.

Dans ce pays, il y a une divergence fondamentale entre ceux qui mettent en avant l’intérêt du pays et ceux qui mettent d’abord les leurs en avant.

L’harmonisation est destinée à faire faire des économies à un pays qui était condamné à tenir des élections tous les ans, de 2006 à 2019. Ces économies, ajoutées aux apports des investisseurs, certains n’en veulent pas. On m’en veut pour ça. Si je suis martyr pour les Comoriens, Dieu me récompensera et vous prierez pour moi.

Certains d’entre vous sont offusqués de la signature de cet accord qu’ils considèrent comme une atteinte à notre souveraineté. Mais rappelez-vous la conciliation de Houdhaybiya qui a été le signe avant-coureur de la victoire du Prophète Muhammad.

Avant de terminer, je voudrais dire ceci :  aux frères Mohéliens : Voici la date des élections. J’ai donné la preuve que les élections auront lieu bientôt. N’acceptez donc pas que votre nom ou celui de Mwali soit utilisé.  Aux hommes politiques de l’opposition : vous devez exister. Mais la compétition politique et la conquête du pouvoir ne justifient pas les actes qui mettront en péril l’Etat et le pays. Si vous n’aimez pas SAMBI, aimez votre pays.

Je remercie ceux qui ont accepté de signer cet accord. Tous les gouverneurs. Nous avons pris des engagements communs, devant Dieu, devant le monde entier et devant les Comoriens. Nous devons les mettre en œuvre pour arriver à bon port.

A la communauté internationale : ayez pitié de ce pays, ayez pitié des comoriens. Aidez-les à aller de l’avant. Merci pour tout ce que vous avez fait. Toutefois les comoriens ont besoin de sortir de la pauvreté. Nous sommes convaincus que vous nous aiderez dans ce sens.

A tous les comoriens, notamment à la jeunesse : refusez d’être utilisés comme des pions. A cette date je devais me trouver aux Emirats. La semaine dernière, une délégation koweitienne a reporté sa venue dans notre pays. Faisons en sorte que la confiance revienne et que les ennemis du pays ne triomphent pas.

De mon vivant, comme premier responsable, je ferai tout ce qui est bien pour ce pays. Un autre Président me succédera. En signant cet accord, j’ai accompli un de mes engagements : faire tout ce qui va dans l’intérêt des comoriens.

Quand vous m’avez choisi Président, je n’avais aucun contrat avec qui que ce soit. J’ai choisi mes collaborateurs ni par régionalisme, ni par affinité insulaire mais pour leur patriotisme.

Je vous prends à témoin, j’ai prié pour que Dieu châtie ceux à qui j’ai distribué un pan de mon pouvoir et qui ont failli. J’ai porté plainte devant Dieu car j’ai subi des traitrises.

Je n’ai jamais donné l’ordre d’accomplir des méfaits. Vous êtes témoins de mes actes. Je crains Dieu autant qu’il m’est possible et je fais la politique pour entrer au paradis contrairement à l’adage. Ma récompense sera donc dans l’au-delà. Votre affection ici-bas me suffit.

Je prie pour que cet accord soit une raison de plus pour nous unir davantage. J’appelle les gouverneurs à s’unir à moi pour renfoncer l’image du pays et consolider l’unité, la paix et la stabilité de notre pays.

Merci à l’assistance. J’espère que mes réponses sur les raisons qui ont motivé ma signature vous ont donné satisfaction.

Je vous remercie.

Que la Paix d’Allah soit sur notre Maitre Muhammad, sur sa pure et noble famille et ses compagnons élus. Qu’Allah les comble de bénédictions. Louanges à Allah Seigneur des mondes et qu’Allah vous accorde ses bienfaits.
BEIT-SALAM.KM

---------

Le Vice-président IKILILOU est revenu sur le point central de la rencontre pour souligner que l’approbation du conseil d’administration du Fmi est un important cap franchi dans un processus de longue haleine. « Nous avons gagné une bataille mais pas la guerre ». Cependant, à-t-il poursuivi, « la position du FMI est une preuve de la confiance et de la crédibilité de notre pays qui traduit la volonté de des institutions financières internationales d’accompagner les Comores ».

Le Vice-président IKILILOU a informé l’assistance que le Ministre de Finances a par ailleurs rencontré le Président de la Banque Islamique de Développement qui souhaite dépêcher une délégation dans le pays pour discuter avec les autorités des voies et moyens de mettre à contribution les moyens de son institution en faveur des Comores.

Pour sa part, le Chef de l’Etat a remercié l’assistance pour l’initiative de la rencontre. Dans son intervention, il n’a pas manqué de saluer à son tour l’importante étape franchie par le pays auprès du FMI sans omettre de rappeler qu’il ne se satisfait entièrement pas de la façon dont sont gérés les finances publiques : « Il n’est pas normal que la masse salariale reste au niveau de 1,8 milliards de francs » a-t-il déclaré. Pour lui, les efforts doivent être maintenus et renforcés pour que le pays sorte définitivement de la crise structurelle dans laquelle elle est plongée depuis des décennies.
BEIT-SALAM.KM
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Commentaires (0)Add Comment

Ecrivez un commentaire
quote
bold
italicize
underline
strike
url
image
quote
quote
Smiley
Smiley
Smiley
Smiley
Smiley
Smiley
Smiley
Smiley
Smiley
Smiley
Smiley
Smiley

security code
Entrez les caractères affichés


busy
 
< Précédent   Suivant >

Politique

Economie

RSS 2.0